Bonjour à tous. Je m’appelle AMASSOKA Deschanel, j’ai 20 ans, je suis un Camerounais résidant au Cameroun. Je me suis engagé en tant que volontaire piariste afin de travailler en collaboration avec les Ecoles Pies.

Les écoles piaristes du monde ont mis sur pied, à l’occasion du Synode convoqué par le Pape François sur les jeunes, des sessions de travail qui s’étendent sur une année. Ces sessions de travail ont eu pour but de vivre au niveau de l’Ordre ce qu’on appelle le Synode Piariste des Jeunes. Dès lors, le Synode Piariste dans mon pays a été lancé en Septembre 2017 et a été clôturé en fin Juillet début Août 2018 (précisément du 30 Juillet au 2 Août), pendant le Rencontre Continentale de l’Afrique. La rencontre à laquelle j’ai assisté était une rencontre pour moi de découverte d’abord, d’enthousiasme, de travail et vivre-ensemble avec les autres piaristes du continent africain. Elle a été une bonne chose de fait car j’ai pu découvrir, partager des expériences uniques et inoubliables avec mes frères africains aussi piaristes comme moi.

La lettre envoyée par le Père Général est une lettre adressée à tout le monde en général et aux jeunes en particulier. Cette lettre m’a donné une expérience nouvelle de l’évangélisation de mon semblable car le Père Général a constaté que les jeunes se désintéressent de la foi en Jésus-Christ et en l’Eglise. Ils ne savent plus discerner le bien du mal ; ce qui l’a amené à s’adresser aux jeunes piaristes que je suis pour nous encourager sur le chemin que nous avons emprunté et nous donner les armes nécessaires pour aider les autres à suivre le chemin du Christ car selon lui :

« La meilleure manière d’évangéliser un jeune c’est d’envoyer un autre le faire. »

A travers cette citation, il croit et espère que la jeune génération va transformer les Écoles Pies en éduquant leur semblable et développer celles-ci à travers la parole et les actes.

Ceci étant, cette rencontre avait pour thème : “jeune, foi et discernement vocationnel“. C’est autour de celui-ci qu’étaient axées nos réflexions tout au long de cette période prédéfinie. Avec les différents centres de travail, nous pouvons tirer comme idées principales :

  • La perte de la foi ou non croyance des jeunes
  • Le manque de discernement des jeunes
  • L’indifférence face à la vocation de certains pères piaristes
  • La perte de confiance des jeunes en l’Eglise et les écoles Pies

Voilà en quelques lignes les idées principales que j’ai pu tirer de cette rencontre continentale. Je peux dire que le travail a été apprécié surtout en groupe car en travaillant avec d’autres personnes comme celles de l’EPAO (province de l’Afrique de l’Ouest), parce que les bonnes idées convergeaient toutes vers un même but, nous avons pu nous découvrir et aussi observer les mêmes problèmes. Chacun a son idée propre de la chose et en mettant les idées en commun, nous avons pu sortir quelque chose de grandiose de cette rencontre. Ledit travail en groupe m’a apporté des idées nouvelles sur comment résoudre certains problèmes qu’ont vécu d’autres personnes, grâce à leur expérience et peut-être utiliser leur méthode, ou avoir la mienne à partir de leur raisonnement.

Nous avons travaillé sur un point important qui venait du thème du synode et que nous les jeunes, avons et vivons de cela de moins en moins : la foi. Cette dernière est sur le point de disparaître totalement car rares sont les jeunes qui ont encore en tête qu’il y a un Sauveur qui est mort pour leurs péchés: JESUS CHRIST.Dès lors, après de longues réflexions et des heures de travail acharné, nous avons trouvé de nouvelles façons d’éduquer les jeunes dans leur foi à savoir :

  • La Paternité spirituelle qui est un atout dans l’accompagnement du jeune
  • L’accueil et l’évangélisation des jeunes au sein de l’Eglise
  • Plus d’implication des jeunes dans l’évangélisation de leur semblable
  • L’acceptation des pauvres dans nos sociétés à travers le partage de la parole, des biens et autres
  • Ouverture et offre de facilités aux jeunes en leur montrant que le talent est un outil nécessaire pour créer des plateformes d’expressions de talent

Ce synode m’a aidé à mieux comprendre les souffrances de mon semblable surtout après la visite faite au “Restaurant du Cœur“, cette petite association qui s’occupe des enfants de la rue et qui les suit tant dans leur quotidien que leur vie spirituelle. C’est à travers cette expérience que j’ai pu toucher du doigt la souffrance des autres et me dévouer à toujours aider mon prochain avec l’aide du Très-Haut.

Je vous remercie.

Amassoka Deschanel (Provincia África Central, Camerún)

Donwload PDF ESP / ENG / ITA / FRA